Les bonnes bases pour s'associer, collaborer, vivre un ensemble entrepreneurial.

Peut-on se passer d'un bonne gestion collaborative entre entrepreneures? . . . . Vivre et agir dans un groupe de personnes, gérer un comité, fixer des objectifs, répartir les responsabilités et tâches diverses, sont différents axes à prendre en compte dans une bonne gouvernance. Cette direction est le reflet d'une bonne communication et de l'image de marque que vous renvoyez, car elle devient aussi un incroyable outil de communication externe!

. . . . . .

Quelque soit votre projet, ne négligez pas cette étape! Car inconsciemment, nous pouvons laisser le bateau dériver.

5 raisons de dériver.

Les raisons de dérives possibles sont:

1- une vision idéaliste différente pour chacun, et le plus souvent non verbalisée. Chacun faisant fausse route si on ne rejoint pas la vision de l'autre entrepreneure.

2- rechercher un soutien moral, une ambiance sympathique, et rechercher des amis en oubliant une rigueur et une hiérarchie des missions.

3- repousser les cadres et processus favorisant la créativité.

4- confondre management participatif et pouvoir de décision ( par exemple penser que le consensus s'impose en dehors de toute verbalisation et clarification).

5- le moteur de chacun qui fait avancer l'oeuvre commune n'est pas le même pour chacun. Pour certains, l'épanouissement prime et la gouvernance n'a aucune importance.

Gouverner dans un collectif, une association ou une collaboration, c'est aussi une charge de travail, de l'écoute, des choix, du temps passé en dehors de sa propre entreprise.

. . . . .

Point de laxisme, de faiblesse ou de facilité!

Sans objectif gouverné, vous allez faire face à une entrée virale. L'incubation ne se voit pas, et quand les symptômes apparaissent, les remèdes s'avèrent difficiles à soigner ...


Voici les risques de cette mauvaise gestion:

- vous allez perdre de la légitimité.

- vous allez diminuer votre capacité à mobiliser les forces utiles dans une direction.

- celà vous encouragera à vous retirer et vivre l'individualisme.

- votre remise en question sera trop tardive si cette association est une bonne raison d'être.

- vous allez vivre un stress qui vous rappelle votre expérience passée en tant que salariée.

Les 8 points de vigilance:

  1. - posez-vous la question dès le démarrage.

  2. - ce questionnement doit être la colonne vertébrale au service de votre collectif.

  3. - disposez d'outils adéquats: comité de pilotage régulier.

  4. - choisissez un tiers judicieux en fonction des challenges ciblés.

  5. - verbalisez les challenges: conseils, décision, apport d'expérience, échange d'outils, partage de réseaux et carnet d'adresse.

  6. - dans une visée morale pour briser la solitude de l'entrepreneure: précisez.!

  7. - clarifiez les règles du jeu, de décision, les modes opératoires en cas de séparation.

  8. - quantifiez et qualifiez la valeur des participations de chacun.


Tout ce processus demande une réflexion posée, qui peut être mise à distance par un tiers qui analysera vos objectifs, vous accompagnera à verbaliser vos points forts comme vos points de limites...

. . . .

Le maître mot: faîtes-vous accompagner, ne faîtes pas l'économie de ce temps de réflexion, c'est incontournable pour la sérénité de votre entreprise, de votre réseau et de vos projets.

. . . .

Photo: Instants de femmes, @lesinstantanésdechloe Janvier 2020.

#collaborationentrepreneuriale

Consultation :

 - appel whatsapp

 - visioconférence.

-  tchat, messenger ...

emilie@lafabriquedunom.fr

+33 7.69.05.32.29

Angers - France

  • Instagram
  • LinkedIn
  • Pinterest
  • Facebook

© 2019-2021  La Fabrique du Nom